Une rencontre humaine, regarde-moi

Je vous présente une nouvelle qui a pour thème une rencontre humaine, qui prend la route de la folie. Elle vous emmène à découvrir un jeune garçon qui simplement demande « regarde-moi ». Cette histoire est une commande pour une pièce de théâtre amateur avec comme sujet de départ la folie humaine. Seul deux acteurs seront présents sur scène avec comme décor un studio. La durée de la représentation fixée à 30 minutes donne une direction très précise. L’histoire ne peut pas prendre trop de chemin différent, ni approfondir certains points et détails car le temps ne nous le permet pas.

J’ai pris beaucoup de plaisir lors de l’écriture et les moments de partage avec les deux jeunes acteurs. La mise en scène en collaboration fut un moment rempli de hauts et de bas. Une vraie rencontre humaine

8 mois de travail pour arriver à la première représentation. Nous avons reçu des félicitations de la part du public.

Aujourd’hui la pièce ne fait plus de représentation, tout le monde a pris de nouvelles routes et des nouveaux projets.


Je propose de lire le texte qui a servi pour la pièce.

Tout commence par une colocation. Il y a des rencontres humaines qui changent les perspectives de votre vie. Il arrive un moment où l’on doit faire le grand saut. Quitter le cocon familial prendre le risque de vivre sa vie. Découvrir la différence de l’autre peut être un moment effrayant et angoissant. Pour eux ce jour est arrivé en ce vendredi après-midi, un déménagement fini, encore quelques cartons dans certains coins de l’appartement. Le face à face entre l’enthousiasme et le passif.

« Voilà nous sommes chez nous, bon il reste encore un peu de rangement. Ah ce soir on peut se détendre un peu, c’est vendredi soir. »

L’opposé reste statique sur le canapé, rentrer dans une conversation de bienséance pour rompre la glace de ce moment lui semble une perte de temps. D’un signe de la main il lui accorde une écoute succincte.

« Pour ce soir on commande une pizza … tu vas rester avachi sur le canapé? »

« Je regarde la télé… » le ton est froid

« Pas super comme programme les conneries de la télé réalité »

« J’aime bien » d’un ton sarcastique

« Tu ne veux pas qu’on regarde un film ensemble. Style-je ne sais pas moi, un film d’action qui explose… »

« Pourquoi pas une comédie romantique »

« Tu rigoles là… »

« Non, pourquoi tu dis ça, je n’ai pas le stéréotype pour ses films. »

« Cool, on regarde Titanic si tu veux. »

« Encore un sarcasme… »

« Je vais prendre une douche, on reparle de ça après. »

L’opposé utilise de nouveau ce signe de la main pour conclure cette discussion.

L’enthousiaste file dans la salle de bain pour un moment de calme et de solitude. Il prend un moment devant le miroir, d’un clin d’œil et un claquement de doigt s’encourage et se glisse sous la douche.

Détente dans la salle de bain

Pendant le long shampooing et après encore un shampooing pour avoir de beaux cheveux, il sent une présence dans la pièce, et même un regard sur lui. Sa respiration augmente. Une sensation de froid arrive sur sa peau.

Il décide d’ouvrir le rideau pour être sûr de son ressenti. Rien dans la salle de bain.

Quelques minutes plus tard il retrouve l’opposé dans la cuisine. La tête dans le frigo il ne semble pas beaucoup plus disponible pour entretenir une relation amicale, courtoise et humaine.

Mais une question brûle les lèvres de notre enthousiaste.

« Tu es passé prendre quelque chose dans la salle de bain pendant ma douche ? » d’un ton amical je suis chez moi et toi aussi tu es chez toi mais préviens-moi quand tu rentres dans la salle de bain car je suis à poil.

« Non, répond-il. Pourquoi tu crois ça? »

« Une simple question »

« On regarde Titanic car maintenant j’ai vraiment envie de le voir, en plus Di Caprio est vraiment très charmant. »

Il passe à côté de lui très simplement sans un mot, sans un regard, un simple sourire pour dire que l’on passe maintenant un bon moment.

La douleur…

Un matin un peu comme les autres. L’enthousiaste se réveille tranquillement.

Une grande angoisse envahit la pièce, L’enthousiaste est à genoux sur le sol de la pièce.

« Pourquoi, pourquoi tu me laisse seul, je ne souhaite pas que tu me quitte. »

On peut lire sur son visage une colère et une tristesse qui remplit son être dans une profonde détresse.

Il s’allonge sur le sol. Il prend une pose de nouveau-né, comme un retard dans sa plus petite enfance. Entre assis et couché il se berce lui-même avec un souffle qui augmente de plus en plus et qui oppresse sa poitrine.

Il trouve le courage de se mettre debout face à ce grand miroir si souvent repoussé pour ne pas voir son reflet et ses peurs. L’opposé se trouve lui aussi de l’autre côté du miroir. Ils peuvent se regarder. Un dernier moment face à face pour découvrir le sentiment qui les unis avec tellement de force.

L’opposé lui tend la main comme pour lui dire un dernier sarcasme. Mais aucun bruit ne sort de sa bouche seul ses lèvres miment quelques mots.

L’enthousiaste repousse sa main comme pour lui dire, je ne peux pas.

« Non, non, tu es le meilleur de nous deux.

Je ne suis que peur et angoisse.

Tu n’es que vie et liberté.

Je deviens ce que je rêve depuis toujours, simplement en ta présence. »

L’opposé laisse glisser un sourire.


« Tu es une image de moi.

Tu es une partie de moi comme moi je suis une partie de toi.

Il suffit de prendre une grande respiration tu peux fermer les yeux. »

L’enthousiaste sent une crise d’angoisse monter en lui. Il regarde tout autour de lui comme si plusieurs présences posaient leurs yeux sur lui.

« Regarde encore cette lumière blanche sur le palier je ne supporte plus cette lumière, ces voisins qui ne sont que bruits. »


« SSStttttopppp la lumière me fait mal aux yeux. » «

« L’opposé il te suffit d’être calme, elle n’est pas dangereuse pour toi. Simplement la source. Elle te guide. »

L’enthousiaste.

« Je me sens seul »

De nouveau la lumière blanche s’allume sur le palier.

On entend frapper à la porte et une voix prononce quelques mots.

« Bonjour Félix, il est l’heure de prendre votre traitement. Si vous prenez l’ensemble de ces petites pilules on vous accorde une sortie dans la cour avec d’autres patients, vous avez besoin d’avoir des contacts avec les autres, de vraie relation humaine, je parle. »

L’enthousiaste

« Merci posez tout sur la table je m’en occupe tout de suite. »

Il se pose dans un calme qui remplit la pièce d’onde positives, s’assoit sur le canapé tranquillement et propose tout simplement de regarder une comédie romantique. Au même moment l’opposé vient se poser derrière lui toujours avec ce petit sourire. Il pose une main sur l’épaule comme pour lui dire je ne suis pas encore parti.

Une petite note de fin. Je reprends ce texte car je souhaite lui donner une nouvelle vie avec des éléments qui ne sont pas présents sur la version citée ci-dessus pour les raisons de temps, de format et autres. Je prends le temps d’écrire et de développer les liens entre ces deux personnages. Dans la nouvelle version la relation humaine entre les deux jeunes garçons débutera dans leur enfance.

Je vous dis à bientôt avec comme petit service « regarde-moi » mes créations bien sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *